Blog Sénéa

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Les 5 interrogations sur l’incontinence

Vous êtes sujets à une incontinence plus au moins sévères, vous vous posez peut-être certaines questions. C’est pour cela que l’on à répondu à 5 questions fréquentes sur l’incontinence.

SOMMAIRE

  1. Combien de personnes sont touchés par l’incontinence ?
  2. Quelles sont les causes de l’incontinence ?
  3. L’incontinence ça se soigne ?
  4. Qui consulter ? Comment en parler ?
  5. Comment continuer sa vie lorsque l’on est atteint d’incontinence ?

1. Combien de personnes sont concernées par l’incontinence :

L’incontinence est une pathologie médicale dans laquelle une personne urine de manière inconsciente. Il existe différents types d’incontinence.
L’Agence Nationale d’Accréditation en Santé estime que cette pathologie concerne près de 200 millions de personnes à travers le monde et entre 3 et 3.5 millions de français.

Les femmes sont souvent plus touchées que les hommes sur cette pathologie. Selon une étude réalisée par Fémifree 1 femme sur 3 souffre d’incontinence au cours de sa vie.
Ce phénomène s’explique par la morphologie féminine. L’urètre féminin est plus petit que celui de l’homme, le périnée en est davantage sollicité. C’est pour cela que nous vous conseillons de rééduquer votre périnée.

Les enfants/adolescents peuvent également être concernés par des problèmes de fuites urinaires. On estime que l’incontinence urinaire nocturne concerne 18% des enfants âgés de 5 ans. Cette donnée diminue considérablement lorsque l’enfant grandit. Toutefois 1 % des enfants âgés de 15 ans restent toujours sujets à des fuites urinaires.

2. Quelles sont les causes de l’incontinence ?

Le vieillissement :

Le vieillissement et notamment la ménopause chez les femmes sont les premières causes de la pathologie d’incontinence.  Le processus naturel de vieillissement entraine un affaiblissement des muscles du plancher pelvien, de l’urètre et de la vessie. Ce phénomène peut provoquer un dysfonctionnement sur le processus normal de miction et provoquer l’apparition de fuites urinaires.

Les maladies :

Certaines maladies peuvent être la cause directe de la pathologie d’incontinence.
Les maladies neurodégénératives peuvent entrainer un dysfonctionnement des messages nerveux transmis au cerveau, comme la simple envie d’uriner par exemple. C’est notamment le cas avec la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques…
Chez l’homme, toute affection liée à la prostate peut provoquer des troubles sur la fonction urinaire. Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes, les principaux effets secondaires des traitements contre ce cancer sont les troubles urinaires.
Après une prostatectomie (ablation de la prostate) les troubles urinaires disparaissent généralement dans les deux années suivant l’opération.

L’accouchement :

L’accouchement par voie naturelle peut également être un facteur de trouble urinaire. En effet, lors de la grossesse et plus encore lors de l’accouchement les muscles du plancher pelvien sont rudement mis à l’épreuve.
Les muscles du périnée qui forment le plancher pelvien soutiennent les organes abdominaux. Si ces muscles sont fragilisés cela aura alors pour effet d’entraîner des fuites urinaires dans la majeure partie des cas.
40% des femmes enceintes déclarent avoir été touchées par l’incontinence au cours de leur grossesse.

Le surpoids :

Il existe un lien direct entre le surpoids et l’incontinence. En effet, un excès de graisse aura pour effet d’augmenter la pression sur le plancher pelvien. De la même manière que lors de la grossesse et l’accouchement l’affaiblissement du plancher pelvien pourra entrainer des fuites urinaires.
L’obésité peut aussi emmener des problèmes de diabète, également facteur de troubles urinaires.

Les infections urinaires :

Les infections urinaires peuvent également être un lien direct avec les fuites urinaires.
Les cystites sont principalement causées par une prolifération des germes provenant des selles qui envahissent la vessie. Les cystites disparaissent généralement rapidement, mais peuvent entrainer une incontinence temporaire désagréable.

Le tabac et l’alcool :

La consommation excessive d’alcool vous empêchera de ressentir votre envie d’uriner. Tandis que la consommation de tabac aura pour effet de sensibiliser votre vessie en plus de provoquer des toux pouvant entrainer des contractions néfastes du périnée.

3. L’incontinence ça se soigne ?

L’incontinence peut se soigner dans la plupart des cas en adoptant une hygiène de vie plus saine et en se mettant au sport. Les exercices de rééducation du périnée sont particulièrement efficaces pour en finir avec les fuites urinaires. En effet, vous pouvez intégrer dans votre quotidien les exercices de KEGEL, des exercices simples et efficaces qui ont su faire leurs preuves.

De plus, l’électrostimulation périnéale est aujourd’hui reconnue dans le traitement de l’incontinence. Les légers courants électriques transmis imitent les exercices de Kegel, permettant ainsi de renforcer les muscles du plancher pelvien. Vous pouvez retrouver sur notre site la marque Innovo qui propose des électrostimulateurs.

Enfin, en tant qu’ultime recours, il existe des traitements chirurgicaux. Appelée lifting vaginal, cette opération permet de restaurer la tonicité du périnée chez les femmes. La pose d’un sphincter artificiel urinaire peut être réalisée en cas de fuites urinaires sévères. Toutes interventions médicales demandent bien évidemment l’avis et le suivi d’un médecin spécialisé.

Il existe également des traitements naturels et médicamenteux pour traiter l’incontinence.

4. Qui consulter ? Comment en parler ?

Dans un premier temps, vous devez consulter et en parler à votre médecin traitant. Il sera en mesure en fonction de votre type et niveau d’incontinence de vous prescrire certains traitements comme des anticholinergiques.
Si votre médecin généraliste n’est pas en mesure de vous proposer un traitement ou une solution, il vous orientera vers un spécialiste, un urologue.

L’urologue vous prescrira un bilan urodynamique qui se déroule à l’hôpital sans anesthésie. L’examen se déroule en 3 étapes :

  • La débimétrie : Cette étape sert à mesurer le débit et le volume urinaire. Il vous suffira pour cela d’uriner normalement dans des toilettes spéciales.
  • La Cystomanométrie : Cet examen permet d’analyser la pression à l’intérieur de la vessie. Pour se faire, de l’eau stérile est envoyée dans la vessie à l’aide d’une sonde très fine.
  • Le profil de pression urétrale (PPU) : Cette dernière étape représente l’analyse du sphincter urinaire. Une sonde urinaire est placée dans la vessie puis progressivement retirée pour évaluer l’activité du sphincter.

5. Comment continuer sa vie lorsque l’on est atteint d’incontinence ?

L’incontinence est une pathologie omniprésente dans le quotidien des personnes qui en souffrent. En effet, celle-ci impacte considérablement les habitudes de vie des hommes et des femmes, les empêchant même de vivre normalement.

Cependant, l’incontinence ne doit pas impacter votre quotidien, et quand bien même celle-ci est présente, il faut l’accepter. L’incontinence n’empêche pas de vivre, il suffit d’adapter ses habitudes de vies. Les protections urinaires permettent de pouvoir sortir sans la crainte d’avoir des fuites et d’être taché. Ainsi, vous pouvez faire les mêmes activités qu’au préalable.

Il est essentiel de continuer ses activités, de sortir, voir ses amis, aller au travail sans être inquiet. De même, vos relations intimes ne doivent pas être impactées par une gêne créée par vous-mêmes. Il est important de ne pas se laisser guider par ses fuites urinaires, mais de se laisser guider par ses envies.

Tout ne s’arrête pas lorsque vous êtes incontinent, c’est à vous de prendre le dessus sur ces fuites urinaires. C’est peut-être même le moment pour vous d’adopter une vie plus saine, de prendre conscience de votre corps et d’en prendre soin. Arrêter le tabac, faire des exercices sur votre périnée, diminuer votre consommation d’alcool, etc.

Si vous avez besoin de conseils, n’hésitez pas à contacter notre service client au 03 45 83 60 68.

Laisser un commentaire